CommuniquéPresse

NOUS VOULONS UNE VRAIE FÊTE DE LA MUSIQUE À LILLE !

Lettre ouverte à Mme Aubry et à sa majorité municipale

C’est par la Voix du Nord du 3 juin 2022 que nous, élus du groupe faire Respirer Lille au conseil municipal, avons appris que cette année, la mairie de Lille interdit toute musique amplifiée en extérieur. Seuls les concerts acoustiques, chorales et chanteurs a capella seront tolérés. Pas de micro, pas d’enceinte, pas d’ampli, pas de guitare électrique. 

 PHOTO PHILIPPE PAUCHET LA VOIX DU NORD – VDNPQR

“La musique (…) ça fait du bien. C’est un langage commun.”

Jack Lang

Mais comment faire si l’on ne l’entend pas ? 

Des musiciens et des musiques exclus de la fête de la musique

La majorité municipale nous explique vouloir “un format classique pour redonner ses lettres de noblesse aux pratiques amateurs”. Cette explication ne tient pas la route. Quoi de mieux, pour espérer entendre et découvrir des amateurs, que d’autoriser la musique amplifiée. Qui imagine un concert sans micro ? 

Cette décision est incompréhensible sur le fond. Grande manifestation populaire gratuite et ouverte à tous les musiciens, amateurs de tous niveaux ou professionnels, la fête de la musique, imaginée par Jack Lang, célèbre la musique vivante et met en valeur l’ampleur et la diversité des pratiques musicales, ainsi que tous les genres musicaux. Elle s’adresse à tous les publics et contribue à familiariser toutes les générations à toutes les expressions musicales. Après plus de 60 ans d’existence (avec l’arrivée du Rock’n roll), et considérées, au début, comme “des voyous faisant du bruit », les musiques amplifiées font partie de notre culture musicale.  En les excluant de la fête de la musique, la maire de Lille exclut tout un champ de l’art musical. 

La fête de la musique sans la fête

La Covid-19, pendant plus de deux années, nous a empêché de vivre normalement, et a privé de convivialité beaucoup de Lilloises et de Lillois. Nous en voilà à peine sortis que la Mairie nous interdit d’en balayer les souvenirs moroses. C’était pourtant l’occasion, pour nombre de restaurants et de bars, de renouer avec leur clientèle ce lien d’enthousiasme et de réjouissance. 

Que faites-vous, madame la Maire, de l’esprit festif de cette manifestation historique, et de l’attractivité de notre ville, capitale de sa métropole et de la région ? 

La tranquillité publique, oui, l’interdiction d’un grand événement ponctuel, non

La culture de l’interdiction poursuit décidément son œuvre au sein de l’équipe du maire de Lille. Pourquoi ? Pour préserver la tranquillité publique (l’équipe municipale expliquant qu’il faut “bien comprendre que les riverains ont parfois un seuil de tolérance au bruit moins élevé qu’avant”) ? Mais alors pourquoi avoir organisé une grande parade pour l’ouverture de Lille3000, largement sonorisée sans avoir le même respect des riverains ? 

Alors si l’organisation de la fête de la musique n’est pas parfaite, notamment au vu des débordements observés lors des précédentes festivités, la musique amplifiée est un faux problème. 

Que la ville de Lille ait le courage de repenser son schéma d’organisation dans son ensemble. Limiter les abus ne passe pas par interdire des enceintes lors de grands événements ponctuels et encadrés. Si l’on craint de ne pas s’entendre d’un stand à l’autre, on peut inciter les bars et les musiciens à gérer les décibels. Les mœurs liées aux musiques amplifiées ont d’ailleurs largement évolué dans le sens de la responsabilisation. Il n’est pas rare aujourd’hui de voir des spectateurs se protéger, les musiciens et professionnels du son adaptant eux aussi leur travail en fonction. 

Il y a le fond de la décision, et la forme : la méthode, aussi, est inacceptable 

Comment la Maire de Lille peut-elle imposer pareille décision sans consulter son conseil municipal et ses groupes d’élus ? Une fois de plus, les décisions sont prises arbitrairement, en plus de dégager des relents déconcertants de sectarisme. 

Au nom du respect culturel et artistique et du dialogue, nous demandons l’annulation de cette décision.

C’est l’honneur d’une ville comme Lille, qui fut capitale européenne de la culture, que d’organiser une fête de la musique digne de ce nom. C’est l’honneur de notre métropole, que d’accueillir tous les artistes, quelle que soit leur musique, pour en faire battre le cœur, au rythme des guitares acoustiques comme électriques.