Conseil Municipal

Conseil Municipal : Culture dans les quartiers prioritaires de Lille

Intervention d’Emmanuel CHATELAIN, Conseiller Municipal à Lille

Madame le Maire, chers collègues, 

Connaissez-vous le point commun entre Maubeuge, Raismes, Denain, Waziers, Auby ou encore Aniche ? Ce sont quelques-unes des localités où est intervenue en 2022 et en 2023 la Maison de la photo de Lille, en lien avec des Centres Sociaux, Maisons de Quartier et écoles situées dans les Quartiers Prioritaires Politique de la Ville du Nord. Les ateliers font appel à plusieurs photographes et médiateurs culturels, en coordination avec les équipes éducatives et touchent les publics jeunes et familles les plus éloignés de la culture.

Oui, un bel exemple d’action culturelle qui favorise l’action des artistes locaux avec les habitants, dont la Ville de Lille se prive injustement depuis 2018 pour des raisons de rétorsion politique. Inacceptable alors que notre Mairie devrait soutenir sans réserve ou fausse excuse toute initiative socio-culturelle utile dans ses quartiers. Il est encore temps pour 2024 de revenir à de meilleures pratiques en soutenant une structure implantée à Fives en QPV depuis près 30 ans et dont personne ne peut nier qu’elle a contribué à forger l’image et le rayonnement de notre patrimoine culturel local. 

Heureusement, nous notons avec satisfaction dans cette délibération que plusieurs structures lilloises oeuvrant dans nos QPV se voient attribuer une hausse de leur budget en 2024, par exemple Attacafa, le comité d’animation des Bois-Blancs, Cirques du bout du monde, LaSécu ou encore le théâtre Massenet, dont certains bénéficient du contrat de ville « l’art dans les quartiers ».

Nous notons aussi pour la première fois dans cette délibération pour 2024 un début de rééquilibrage à hauteur de 200 000 euros entre Lille 3000 et les autres structures, mais dont nous ignorons s’il est conjoncturel ou structurel. Votre opposition constructive Faire Respirer Lille est là pour proposer : eh bien, vous pourriez aller plus loin, avec une baisse que nous suggérons d’un million d’euros, affectée à 50% sur la programmation 2025, et à 50% sur des économies de frais de structure, encore trop élevés, au profit des actions de nos associations lilloises historiques et des nouvelles créées, pleines d’idées et d’innovation.

Entendons-nous, vous connaissez sans doute mon attachement à la culture et au patrimoine : Lille 3000 a produit de beaux moments, notamment lors des événements triennaux. J’ai apprécié par exemple lors de la saison Eldorado la mise en valeur de la culture mexicaine, avec la découverte ou redécouverte de Frida Kahlo, l’exposition Eldorama au Tripostal ou encore les fresques urbaines.

Mais cela n’enlève rien à l’impérieuse nécessité de revoir le modèle de cette mégastructure qui contraint les plus petites à s’inscrire dans des thématiques qui ne sont pas les leurs, simplement pour survivre. Cela pose problème.

Nous rappelons aussi que vous devez rendre transparentes les enquêtes d’impact et de satisfaction des éditions précédentes, comme réalisées pour la saison Fantastik. La Chambre Régionale des Comptes en 2019 avait insisté sur ce point, qui me semble aujourd’hui encore négligé.

Attentifs à la vitalité culturelle de notre ville, à l’émergence de nouveaux talents et aux initiatives dans tous les quartiers y compris QPV, tout comme au rayonnement de Lille et de sa métropole, nous voterons donc ces subventions à l’exception de celle à Lille 3000, tout en appelant à nouveau de nos vœux un soutien plus affirmé aux acteurs locaux pour faire respirer la culture à Lille. 

Je vous remercie.